Chargement

Aromachologie

L’o­do­rat a un impact impor­tant sur notre exis­tence, en effet ce sens est étroi­te­ment lié à nos émo­tions… C’est ce que s’at­tache a étu­dier l’a­ro­ma­cho­lo­gie, science des phé­no­mènes liés aux odeurs qui s’in­té­resse en par­ti­cu­lier à l’in­fluence qu’ont les odeurs sur le com­por­te­ment.

Si l’a­ro­ma­cho­lo­gie n’est pas encore une science exacte, il est indé­niable que cer­tains par­fums ont la capa­cité de nous rendre joyeux, eupho­riques ou bien nos­tal­giques. Le pou­voir d’une fra­grance sur notre état d’es­prit est quelque chose de connu, de façon empi­rique, depuis tou­jours.

Les ver­tus thé­ra­peu­tiques des plantes sont éta­blies depuis l’an­ti­quité. Aujourd’­hui, on assiste à un regain d’in­té­rêt pour les huiles essen­tielles qu’on uti­lise aussi bien pour le bien-être phy­sique que men­tal.

Signature olfactive

De plus en plus de lieux (hôtels, ciné­mas, bou­tiques…) ont recours à la créa­tion d’un par­fum sur mesure pour s’ha­biller et rendre l’ex­pé­rience du consom­ma­teur la plus totale pos­sible. David Suissa qui dirige la société Scen­tys, a notam­ment mis au point un dis­po­si­tif olfac­tif pour la pièce La Bête… écrite et mise en scène par Vio­laine de Carné. Des dif­fu­seurs contrô­lés depuis la table de mixage per­mettent de pro­pa­ger des odeurs à tra­vers la salle. « La Bête est sug­gé­rée par une odeur fécale, ani­male, avec une pointe de trans­pi­ra­tion. » 

Pour la Gale­rie LSd, Lau­rence Simon­cini a tra­vaillé avec Chan­tal Sanier, créa­trice de la marque Odeur de Sain­teté, pour trou­ver la signa­ture olfac­tive du lieu et faire de votre pas­sage à la Gale­rie une expé­rience glo­bale.

Chargement